L'EAU CHAUDE DU MONETIER

A l'époque romaine, déjà connu pour ses eaux thermales, le village s'appelait Stabatio.
Appelé Le Monêtier de Briançon au Moyen-Age, on lui préfèrera le qualificatif « les-Bains » en 1893... .
Une dizaine d'années plus tôt, pourtant, la concession des eaux chaudes a été refusée à la compagnie PLM qui
aurait alors proposé de poursuivre la voie de chemin de fer arrivée à Briançon, jusqu'au Monêtier, pour exploiter
cette richesse souterraine. Le thermalisme a néanmoins vécu ses heures de gloire. En effet, en 1715 on construit le
bâtiment de la Rotonde. En 1786, au lieu dit Fontchaude, le Roi de France fait édifier un bâtiment avec trois piscines,
que l'on surélève en 1856 avec un hôtel accueillant jusqu'à 140 curistes de la mi-juin à la mi-septembre.

Les eaux thermales du Monêtier étaient utilisées à l'époque pour leurs propriétés gastriques, rhumatologiques
et dermatologiques. En 1835, un rapport de M. FM TRIPIER, pharmacien de la Faculté de Paris décrit les diverses
utilisations des eaux, et écrit également en parlant du Monêtier : "Une végétation abondante couvre toute la vallée,
les animaux y sont pleins de vigueur, l'homme y acquiert la force, une taille et des formes qui contrastent
singulièrement avec l'apparence chétive de ceux qui habitent plusieurs contrées voisines".

Au siècle dernier, les Bains tombent progressivement en désuétude... au profit des sports d'hiver.
Depuis plusieurs années, pourtant, les habitants du Monêtier, voulaient réinventer l'eau chaude : depuis Noël 1999,
l'établissement Les Bains, préfigurait la réorganisation d'une activité économique autour de cette richesse naturelle.

Aujourd'hui fermé, cet établissement va laisser la place au nouveau Centre Thermoludique des Grands Bains.